Sign in / Join

[CHRO] Reverend Deadeye - Devil ? He’s a Liar

[Blues/garage/gospel profane]
5 années ont passé depuis son dernier album « Trials & Tribulations ». 5 années où Brennt, aka Reverend Deadeye, s’est vu devenir fermier dans le Colorado pour aider sa compagne de l’époque, prenant en charge tous les animaux, auxquels il s’est attaché au point de balancer aujourd’hui encore des selfies nostalgiques de ses chèvres et de ses poules.
Des années où il n’avait plus le temps, plus l’argent, pour relancer la machine. Puis, des amis lui ont offert des jours de studio, il s’est relancé, et très vite s’est organisé pour repartir sur les routes, sans aucune assurance de rentrer dans ses frais, comme avant.
Sur cet album, au son très cru, enregistré de manière analogique avec un souffle continu dégueulasse, on peut clairement distinguer deux parties.

Une photo publiée par Rev Deadeye (@revdeadeye) le

La première moitié de l’album est très intimiste, et présente des ballades souvent sombres et passionnantes. Ce sont toutes ces chansons qu’il jouait dans sa ferme ou sa caravane, seul. Alors que la seconde moitié est beaucoup plus « garage », brute et folle, en formation live avec son fidèle batteur Brother Al et parfois un saxophoniste.
C’est donc un vrai disque de blues, de bout en bout, on sent que ses mots sortent du plus profond de lui, qu’ils étaient retenus, enfouis, chuchotés dans une grange devant des canards. Ce disque transpire l’honnêteté.
On peut regretter que certaines chansons semblent en-dessous, un peu rébarbatives, et qu’il n’y ait pas de grands tubes contrairement aux albums précédents, mais ce manque est compensé par l’objet en lui-même, dans sa globalité, pépite noire de blues, de gospel et de Garage.

Reverend Deadeye
Devil ? He’s a Liar
(Pygmy Mountain Music)
2016

Je sais pas où mettre ce gif alors le voilà, en conclusion musicale :

Blues/garage/gospel profane8
8
Reader Rating: (2 Rates)7.5

Leave a reply