Sign in / Join

[CHRO] Goat - Requiem

[World-pop-altermondialiste]
Il suffit de lire une bio de Goat pour comprendre qu'il n'y a rien à comprendre.
Soit disant originaires de Korpilombolo, à l’extrême nord de la Suède. Un village quasiment inaccessible et dans lequel il y aurait une tradition voodoo, suite au passage d'un docteur aux pratiques occultes qui aurait converti tout le village. Quand les chrétiens seraient venus chasser ce fameux docteur, les gens du village auraient alors jetés un sort sur les lieux et auraient maudit les terres. Depuis, il y aurait certaines traditions et phénomènes étranges, notamment d’inexplicables réincarnations, qui aurait touché les membres originels du groupe qui feraient de la musique depuis 30 ou 40 ans, en s'inspirant de leurs existences précédentes.

Plus concrètement, il semblerait que Goat vienne de Göteborg et soit un projet de fusion musicale entre la pop locale et les sonorités africaines. Leur premier album World Music était l'incarnation parfaite de ce concept. Direct et dansant, il a foudroyé tout le monde, faisant du groupe une des hypes de 2012. Commune, le second album est passé un peu plus en "scred", sûrement due à son contenu plus hétérogène. Le côté pop moderne y étant plus fort et l'ajout d'influences world diverses plus poussé, le tout conçu d'une manière légèrement moins avenante que sur World Music ou surtout Requiem.

Car oui, c'est bien le dernier né de la bande de chèvres qui nous intéresse ici.
Soyons clair, Requiem est une des plus grosses orgies musicales que l'on puisse entendre aujourd'hui. Tout le monde se grimpe dessus. La base pop + musique africaine est toujours là. Mais il faut y rajouter les 5 continents avec tout les recoins du Monde et tout les styles musicaux que cela comprend. De la musique sud-américaine, orientale, caribéenne, du krautrock, du psyché 70, vraiment Goat n'a plus de limite ! Et la force du groupe est là. Goat s'en fout, là où beaucoup de groupe auraient mis une barrière créative, ici elle est ignorée pour laisser libre cours à la vision fantasmée que le groupe a de la musique venue d'ailleurs. C'est l'autre coup de génie. À aucun moment le groupe ne singe un style, il se contente de faire comme il l'imagine. Même si cette vision caricaturale flirte avec le mauvais goût, jamais la ligne n'est franchie, pas même lorsque les flûtes de pan viennent prendre tout l'espace dès le premier morceau (Union Of Sun And Moon). Que ce soit une sitar, un gamelan ou n'importe quelle sonorité étrange, elle est toujours justifiée et sublimée par les voix mélodiques combinées des deux chanteuses. Ce chant hippie, presque faux, légèrement stellaire qui est la réelle signature du groupe.

Goat nous embarque donc dans un périple autour du monde en une heure, autour des rites et cultes de la planète, avec des instrumentations audacieuses, voir touchy-touchy. Ce style assez unique les contraint à la réussite car ils sont aujourd'hui les seuls à oser expérimenter, mélanger et marier en douceur des genres si variés. Et même si cela nécessite quelques entourloupes, toujours accompagné d'une part de fiction bienvenue, nous sacrifions volontiers un peu de notre âme crédule dans ce voyage, à la recherche de nouveaux horizons.

Écouter :

Pour les fans de : Les Cités d'Or, la station Saint-Michel ligne 4, Rendez-Vous En Terre Inconnue.

Goat
Requiem
(Rocket Recordings)
2016

Africanisme10
Orientalisme10
Animisme10
Colonialisme2
8
Reader Rating: (2 Rates)8.5

Leave a reply