Sign in / Join

[CHRO] Run The Jewels - RTJ3

[Rap / Trap / Electro bordelique]
Run The Jewels c'est l'association réussie de El-P producteur génial, MC plutôt bon, légende de l'abstract hip-hop et de son meilleur pote, Killer Mike.
Quand ils sortent Run The Jewels premier du nom en 2013, c'est une tornade de fraîcheur qui s'abat sur nous. Le mélange d'instrus électroniques avec un beat rapide et répétitif rentre complètement dans la demande de l'époque et tout le monde crie - à juste titre - au génie. L'album est un succès à tous les égards et logiquement une suite arrive rapidement. Run The Jewels 2, encore une fois, c'est une claque. Les prods sont lourdes, les beats rapides et excentriques avec cette touche électronique bien venue, des featurings de bon goût, notamment le retour gagnant de Zack de La Rocha. Vraiment superbe, rien à redire, la presse est unanime et les gens saluent le chef d’œuvre. Le groupe en profitera même pour faire une blague sympatoche avec Meow The Jewels, album remix de Run The Jewels 2 avec des samples de chats, à but caritatif bien sûr.

Blague cool

Arrive donc aujourd'hui RTJ3, 3ème album en 4 ans. Et malheureusement, ça se sent. Certes, encore une fois la prod est exceptionnelle, c'est dense, oppressant, avec des beats qui font trembler ta membrane. Mais putain, ça fait 3 fois. On a capté. Tout est parfait dans ce disque, et finalement il n'y a que très peu de reproches à faire. Mais merde, les mêmes collaborateurs (Boots et Little Shalimar), les mêmes ambiances, même les featurings sentent le réchauffé. Zack de La Rocha, sérieux les gars... Bref, essayons de rester calme et passons aux "nouveautés". Il y avait beaucoup d'espoir dans la présence de Danny Brown et Kamasi Washington chez les invités. Force est de constater que ça ne marche pas plus que ça. L'un pose sa voix sur un titre bien, c'est bien. Rien à signaler. L'autre, c'est plus délicat. Pour ceux qui ne connaissent pas Kamasi Washington, c'est la nouvelle hype jazz actuel. Un saxophoniste "cosmique" qui plait au grand public, on va pas se plaindre de ça. Mais là, on dirait qu'il est arrivé en studio avec son saxo, il a choisi un morceau qu'il aime bien, il a fait pouet-pouet, tout le monde a fait "ouais". Génial, on a un solo moins bien que Careless Whisper (R.I.P) sur un morceau hyper bien de rap-hardcore. Casser les codes, c'est toujours bien. Mais là, franchement, c'est mièvre, c'est tiède, ça reflète un peu la détresse de l'album, et ce sentiment de rester sur sa faim.
Ce RTJ3 aurait pu assoir le groupe dans la cour des très grands et finalement il tire un peu la sonnette, est-ce que le groupe a fait le tour de son concept ? N'a t'il pas eu le temps de se renouveler à force de tourner tout le temps ? Autant de questions qui resterons en suspens.
Si vous ne connaissez pas Run The Jewels, n'hésitez pas, c'est pas moins bien ou mieux qu'avant, si vous êtes fan, c'est un must-have. Par contre si vous avez déjà un album, que ça vous va, bah vous pouvez attendre RTJ4 dans un an et demi avec sûrement un belle pochette verte ou grise. Voilà le problème de Run The Jewels, ils sont arrivés en courant, ils repartent en marchant.


Run The Jewels

RTJ3
(Run The Jewels, Inc.)
2017

Régularité10
Originalité1.5
Claustrophobie7.5
6.3

Leave a reply