Sign in / Join

[CHRO] FOUDRE! - Earth (OST)

[Space-Drone]
Bienvenue dans la critique de la B.O. d'un film qu'on n'a pas vu. Heureusement ce n'est pas nécessaire, l'important c'est d'avoir en soi un côté sombre, des rêves perdus, et un imaginaire étrange qui pourrait faire de vous quelqu'un de malade. Vous êtes donc tous conviés.
C'est le 3ème album de Foudre!, supergroupe de drone/ambiant, composé de Frédéric D. Oberland (Oiseaux-Tempête), Romain Barbot (Saåad), Grégory Buffier (Saåad/Autrenoir) et Paul Régimbeau (Mondkopf/Violent Magic Orchestra/etc). C'est même en réalité un live. Les musiciens, accompagnés de Christine Ott (Tindersticks/Yann Tiersen) aux Ondes Martenot, ont ainsi joué en totale improvisation, au rythme de la projection du film.
L'idée du groupe étant d'ailleurs de toujours improviser, ne se donnant comme contrainte, pour débuter, que le choix d'une gamme précise.

A voir, la superbe captation du titre "Goliath", par As Human Pattern :

 

Le film disposait déjà d'une bande originale, composée par l'allemand Black To Comm, mais à l'occasion du festival "Singapour Mon Amour", Foudre! est commissionné pour donner une seconde vie musicale au film. Et c'est lors d'un concert à l'Eglise St-Merri, au cœur de Paris, qu'a été enregistré cette deuxième BO.

Pour contextualiser un minimum, Earth est un film de Ho Tzu Nyan (teaser ici) réalisé en 2009 et qui, au travers de longs plans construits comme des tableaux du Caravage ou de Géricault, met en scène "cinquante corps humains étendus à la dérive entre conscience et inconscience, vie et mort" sur le lieu d'un désastre indéterminé. On y contemple alors des êtres "perdant leurs propres formes dans un gigantesque organisme, respirant à l’unisson, palpitant comme une méduse dans son voyage à travers le monde"...

Ce qui pose une ambiance.

On voit l'idée à défaut de vraiment comprendre. Vous en faites donc ce que vous voulez. Nous, on est parti dans l'espace. Il y a quelque chose d'insondable dans ce que que renvoie la musique de Foudre!, les Ondes Martenot achevant de donner cette impression de sonorités surréalistes, aigües et inhabituelles, que l'on imagine inhumaines, comme provenant de nulle part. On pense à Pink Floyd plus qu'à d'autres groupes de drone, de dark ambient, ou de post-rock, mais on doute très vite lorsqu'on essaie de trouver un point de comparaison, car ça ne va dans aucune direction que l'on imagine.

Mais ce qui est impressionnant, c'est la facilité d'accès de cet album, contrairement à leurs deux premiers, plus ambiants, plus longs à se dessiner, à s'approprier. Et ceci, même si des liens entre eux demeurent visibles : sur Amor Mundi (enregistré en live aux Ballade Sonores) des déflagrations électroniques faisaient parfois leur apparition, et dans l'ambiant "occulte" de Magnum Chaos, leur disque séminal, il y avait déjà des ambiances très étranges.

© Grégoire Orio

Ici, les morceaux sont soutenus constamment, par les synthés de Paul Régimbeau et les plages électroniques de Romain Barbot. Il se passe toujours quelque chose, des sonorités improbables de Grégory Buffier qui vont et viennent, formant des motifs samplés, aux sons persistants émanant des multiples instruments bizarres de Frédéric D. Oberland (Mellotron, Buzuk, Pocket Piano, Dark Energy Doepfer ¯\_(ツ)_/¯ )
... Tous s'entrechoquent à un moment ou à un autre, dans un capharnaüm curieusement maitrisé, où tout semble couler naturellement, notes, sons et bruits répondant ou confortant les autres. Le tout est d'ailleurs formé de telle manière qu'on a l'impression d'un crescendo, culminant sur le final du titre Goliath, et partant ensuite en complète roue libre, avec Ruins/Medusa, le morceau le plus étonnant, sorte de trip hallucinatoire à travers le néant.

La longueur des titres ne permettant à aucun moment que notre attention se détourne, au final, on se résout à penser que quelque chose de magique est, là.

 

Foudre!
Earth (OST)
Gizeh Records
2017

 

Deux titres, ici :

 

 


PS : Au hasard de recherches autour de la chronique de cet album, nous sommes tombés sur cet article abominable qui nous a bien fait rire. En 2013, un site catholique traditionaliste (d'extrême droite, donc) éreintait déjà un des membres du groupe et cette église, avec une malhonnêteté typique, puisqu'elle était alors en pleine rénovation.
On se devait donc de vous en faire profiter :

Dignité & Respect9
Blasphème6.6
Etrangeté8
Farfu8.2
8

Leave a reply

Articles au hasard, comme ça